Quel est le meilleur produit financier ?

Lors des exercices comptables, les entreprises font souvent des placements en vue de réaliser des intérêts. Ces derniers se traduisent sous diverses formes. Dans le souci de rentabiliser au maximum leurs placements, les investisseurs optent, la plupart du temps, pour des produits financiers les plus intéressants. Pour cela, le défi majeur pour les entreprises consiste à identifier les meilleurs produits financiers. Quels sont donc les meilleurs produits financiers ?

Les actions

Une action représente une partie du capital d’une entreprise. L’entreprise, dans ce contexte, est une société de capitaux et non une entreprise unipersonnelle. L’action permet au détenteur, c’est-à-dire l’actionnaire, d’avoir une partie du droit de propriété de l’entreprise. Elle lui confère en réalité deux avant importants dans une société notamment le titre de propriété et le droit de vote.

Par le titre de propriété, l’actionnaire prend part aux partages des dividendes en fonction des bénéfices réalisés par l’entreprise. Quant au droit de vote, il permet de faire valoir son point de vue lors de la prise des grandes décisions liées à l’avenir de l’entreprise. Souvent, ces décisions sont prises au cours des assemblées générales des actionnaires. D’après les dispositions du droit des entreprises, une action ne se rembourse pas. La raison est que l’action est un titre de propriété.

Les obligations

Les obligations représentent des titres de créance qu’utilisent les entreprises pour engager des emprunts sur les marchés financiers. Les obligataires sont en réalité des créanciers de l’entreprise. Dans ce rapport, il ne partage pas avec les actionnaires les bénéfices réalisés par l’entreprise. Le privilège qui est accordé aux détenteurs des obligations est qu’ils ont une priorité sur les actionnaires dans un contexte où l’entreprise fait faillite.

Dans ce cas, les détenteurs des obligations seront payés avant les actionnaires. Rappelons que les obligations sont des titres négociables. En clair et du point de vue de la prudence, les risques pour les détenteurs de titres créance sont moins que pour les actionnaires. Leur rentabilité des investissements est assez faible vis-à-vis des gains des actionnaires.

Les titres de créances négociables

Les titres de créances négociables sont des systèmes financiers qui prennent appui sur le marché monétaire. Encore désignés sous le sigle TCN, ils sont créés depuis 1985 et regroupent des éléments comme les bons du trésor, les certificats de dépôt et les billets de trésorerie. Les Titres de Créances Négociables correspondent aux titres qui généralement sont émis de gré à gré sur une durée précise. Cette durée varie d’un jour à un an.

Les TCN sont très souvent émis par les entreprises, les États, les groupements d’intérêts économiques, etc. Le montant minimal des titres de créances négociables est fixé à 15 000 euros. C’est une offre à laquelle peuvent souscrire toutes les sociétés d’investissement accréditées. En France Toutes les opérations dans le cadre des TCN sont coordonnées par la banque de France. Les Titres de Créances Négociables comportent également de risque.

L’euro est la première monnaie retenue pour l’émission des titres de créances négociables. Toutefois, toutes les autres monnaies reconnues sont aussi admises. À part la coordination qu’assure la Banque de France, elle supervise et veille strictement au respect des normes qui régissent l’émission des Titres de Créances Négociables.

Les produits financiers sont de réelles opportunités que les entreprises et les sociétés d’investissement doivent exploiter en mesurant l’ampleur des risques et les avantages.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *